Union Pour la Démocratie Directe


LES CONCEPTIONS DE DEMOCRATIES et leurs différences:


1. La démocratie DIRECTE:

Système ouvert, non fermé à des partis, pour l'implication directe des citoyens dans la vie politique. Ce sont eux qui proposent, débattent et décident. Ils ont le pouvoir législatif. Les représentants ont le pouvoir exécutif et se doivent de mettre en oeuvre les décisions. Le pouvoir judiciaire appartient aux juridictions. C'est la séparation des pouvoirs telle que définit par Montesquieu entre autres (qui disait aussi que lorsqu'il n'y a plus de séparation des pouvoirs alors le gouvernement est répressif et d'ajouter qu'en conséquence la résistance à l'oppression n'est plus un droit mais un devoir).

Tenter d'appliquer ce système à Figeac et au Grand Figeac permettrait donc une expérimentation (car ce serait un cas unique en France dans une ville de 10.000 habitants), la Constitution ne l'interdit pas. Et il n'y a pas de risque pris puisque les institutions restent (ce sera la pratique qui changera, basée sur les engagements pris par notre liste d'appliquer la démocratie directe).

L'essentiel est d'essayer, ce qui n'a jamais été fait encore même si cette conception existe depuis plus de 170 ans mais les pouvoirs en place l'ont jamais apprécier. Le principal argument est celui de l'incompétence et de la non connaissance (pourtant on est apte à voter et à payer taxes et impôts), et de l'irresponsabilité des citoyens (pourtant on s'occupe en grosse majorité correctement de nos familles, maisons et peu sont des criminels?). Mais si les représentants étaient à la hauteur, on ne serait pas là à se demander s'il faut une démocratie directe?

Bien sûr les institutions, la Constitution restent, il n'y a donc aucun risque et ce serait une formidable expérience.

2. La démocratie REPRESENTATIVE:

  • Dans ce cadre démocratique nous votons pour une personne souvent membre d'un parti (qui la désigne en général) pour une certaine durée (la durée du mandat).
  • Pendant la durée du mandat, il n'y a plus de possibilités légales d'action sur les décisions par les citoyens ou de possibilités de propositions. DONC = LOBBYNG et/ou MANIFESTATIONS.
  • Les élus peuvent faire au gré de leur envie des réunions publiques ou des "concertations" en présence de la population ou association, mais bien souvent les décisions sont déjà prises par les élus. De toute façon ils ne sont pas obligés de tenir compte des remarques...

3. La démocratie PARTICIPATIVE:

  • le grand risque est celui de la démagogie, on peut facilement manipuler les gens sans qu'ils s'en rendent compte. Tout dépend de l'interlocuteur..., de sa sincérité et de son honnêteté.

  • dans la participation le but est de faire participer les gens et non de leur donner le pouvoir de proposer et de décider. Ils peuvent juste débattre. Au mieux ils pourront décider dans des projets proposé par les dirigeants ou les dirigeants pourront choisir des projets dans ceux que les citoyens auront proposé.

  • la liberté d'expression n'est pas respectée puisqu'il n'y a pas d'anonymat, le vote est souvent à main levé. La liberté d'expression (anonymat et vote secret) est une fondamentale de la vraie démocratie. On comprend tous pourquoi, pour éviter tout risque de représailles...


4. La démocratie SEMI DIRECTE:

  • Elle est utilisée notamment en Suisse. Bien encadrée.
  • Ca peut être un referendum sur initiative du Maire. Le referendum en France est consultatif, c'est à dire que le Maire n'est pas obligé d'en tenir compte.
  • Ca peut être aussi un droit de pétition, conduisant après un certain nombre de signatures à un RIC (referendum d'initiative citoyenne). Là aussi le résultat ne s'impose pas aux décideurs.
  • Dans tous les cas, la question demande une réponse "oui" ou "non". Ces moyens ne permettent pas de changer la question ni d'apporter d'autres réponses contrairement à la démocratie Directe.

Les "préjugés":


Ces sont quelques exemples tirés de cette campagne électorale de 2020. Ces remarques viennent à la fois de la droite, de la gauche, et certains sont devenus colistiers après quand même!

Ce sont des remarques que j'avais déjà trouvé dans mes lectures sur la démocratie directe.


1. "Avec la démocratie directe la peine de mort va être rétablie".

Oulà, ça démarre fort, je suis sur le cul ! Après l'instant où le coeur s'arrête de battre, on se reprend, ce n'est que des élections municipales et non nationales. Et je ne suis pas sûr que même en le demandant les personnes souhaitent en majorité son rétablissement, plus tard, en poussant encore la réflexion, on s'aperçoit que ce n'est pas les peuples qui ont instauré la peine de mort mais les élites, pour deux raisons sans doute: amuser peut-être une partie du peuple (spectacle) et aussi montrer la force des élites de vie ou de mort et donc de répression (confer inquisition, chasse aux sorcières, guillotinnage révolutionnaire... Finalement c'est sous la pression du peuple, par des associations, que celle-ci fut abolie.

2. "Ah la démocratie directe c'est le rêve et après le cauchemar".

Jusqu'à preuve du contraire la démocratie directe n'a jamais été appliquée. Les deux fois où ça a failli se faire il faut remonter en 1848 en Allemagne et en 1870 en France avec les Communes de Paris et de Lyon notamment où l'armée est intervenue pour arrêter ce mouvement.
D'autre part, des "cauchemars" ont existé ou existent et ne sont pas causés par des systèmes de démocratie directe.

3. "La démocratie directe mènera à la dictature, à la guerre ou des fous seront au pouvoir"

Comme ci-dessus, la démocratie directe n'ayant jamais été appliquée, les fous au pouvoir actuellement ou qui sont dans le passé arrivé au pouvoir ne sont pas venus là grâce au système de démocratie directe. Au contraire, les adeptes de la démocratie directe pensent justement que ces soucis n'existeraient pas si la vraie démocratie était appliquée.
En effet, aucune guerre n'a été causée par les peuples mais à chaque fois par une élite au pouvoir avec le soutien d'une minorité de la population. Avec un referendum sans doute beaucoup de guerre n'aurait jamais eu lieu ou aurait été stoppée bien plus tôt.

4. "Vous êtes un utopique, ça ne peut pas marcher".

Ah, eh bien pourquoi ne pas l'essayer justement. C'est bizarre surtout quand ça vient de personne dite à gauche et se revendiquant progressiste. Ca n'a jamais été essayé mais, comme bon donneur de leçon, ils connaissent déjà la réponse. Alors que le propre de l'Homme dans son évolution et ses progrès c'est justement l'expérimentation. Mais peut-être ont-ils peur de perdre leur pouvoir?
L'utopie serait plutôt de croire et faire croire qu'il y a assez de ressources sur Terre pour que notre mode de vie basé sur l'industrie agro-alimentaire, sur une énergie nucléaire et sur l'industrie autombile-pétrolière polluante perdure. Ce mode de vie est non applicable sur l'ensemble de la planète qui n'a pas les ressources nécessaires pour tous. De plus il est très polluant. Enfin paradoxalement les ressources dont l'uranium viennent principalement des pays dits "pauvres" (confer Mali, Niger). Elles sont essentielles au maintien de notre mode de vie pourtant.
N'est-ce pas ça l'utopie? Et sans guerres (Mali, Niger, Moyen-Orient), notre mode de vie ne pourrait déjà plus se poursuivre dans ce qu'il est aujourd'hui. C'est ça la réalité malheureusement. Alors même qu'il y a assez de ressources pour tous, s'il n'y avait pas les lobbyings financiers...

5. "La démocratie directe fera monter les extrêmes".

Faux, si les extrêmes en France ont progressé de 5 à 30% au second tour parmi les votants ce n'est pas à cause de la démocratie directe qui ne s'applique toujours pas mais à cause des élus de la République qui ne savent pas réagir correctement et écouter la population, à cause de la faiblesse de démocratie dans notre système et aux mauvaises réponses face aux problèmes économiques...

6. "Les gens ne sont pas compétents, il faut les accompagner".

Ahah, jusque quand faut-il accompagner les élèves? C'est assez évocateur. Les élites ont toujours cru avoir la bonne parole, la bonne solution. Si c'était le cas déjà, elles ne seraient pas divisées. Ah oui c'est vrai, la personne qui me disait ça était de gauche, en Chine il y a le parti unique (corollaire de la pensée unique), comme au temps du soviétisme. On en est encore là.
De plus si le peuple est incompétent pourquoi le laisser voter. Une bonne dictature avec en tête la même personne qui pense tout savoir? On a vu les dégâts que ça peut causer, l'amour du pouvoir.
A quoi juge-t-on de la compétence ou incompétence? Des gens avec un bac+5 ou +8 ne savent pas planter un clou ou sont des extrémistes et d'autres sans le bac sont très cultivées (j'en ai dans mes patients)... La compétence est quelque chose de très subjectif.

Enfin, actuellement nous avons des dirigeants que mes détracteurs ne pourraient qu'admettre selon leurs critères que comme compétents. Pourtant nous sommes avec un bon déficit, des réformes qui cassent nos droits...etc, qui causent des guerres, la crise écologique... Et ce n'est pas la démocratie directe qui n'est pas en place qui a provoqué ce fouillis et donc pas les peuples.

Séparation des pouvoirs:


Nous sommes la seule liste à proposer de mettre en oeuvre la séparation des pouvoirs telle que prévue par Montesquieu:

  • le pouvoir exécutif pour la municipalité
  • le pouvoir législatif aux citoyens
  • et le pouvoir judiciaire aux tribunaux bien sûr.

Actuellement, c'est les citoyens qui votent ensuite ils n'ont plus de moyens d'action officielle. Le Maire peut toujours lancer une consultation, s'il le souhaite, et les citoyens peuvent toujours sollicités des rdv auprès de la Mairie. Il y a parfois aussi des réunions publiques ou des concertations avec les citoyens.

Pendant 6 ans, le MAIRE et le PRESIDENT du Grand Figeac sont les seuls à décider de l'ordre du jour et sont les chefs de l'exécution des décisions du conseil municipal ou communautaire. Autant dire que c'est eux qui PROPOSENT et EXECUTENT (pas de délai pour exécuter).

Autant dire que si vous avez un projet (les votes sont souvent faits à main levée) il va falloir l'accord du Maire pour pouvoir le présenter et pour qu'il soit exécuter.

ON PEUT DONC CONSIDERER QUE LE MAIRE A LE POUVOIR LEGISLATIF ET EXECUTIF.

Publication des indemnités, pas de dons:


Nous sommes les seuls à l'avoir proposé et décidé. C'est une condition de tous les membres de notre liste.

  • publication des indemnités de fonction (perçues pour la fonction du mandat)

  • publication des indemnités de "nature": celles que l'on perçoit dans le cadre du mandat pour les frais occasionnés: restaurants, transports, matériels...

Pour information, notre liste ne demande aucun don ni de particuliers ni d'entreprises. Il faut savoir que les dons ne sont pas anonymes, on garde ici toute notre indépendance.

Un maire pour 6 mois:


Nous sommes encore la seule liste à le proposer.

Le Maire sortant aidera bien sûr son successeur.

Beaucoup pense que ça n'existe pas, que c'est utopique, pourtant le Conseil européen utilise déjà, depuis longtemps ce mode de fonctionnement, avec une présidence tournante tous les 6 mois entre chacun des Etats membres de l'Union.

Explication.

1. C'est le temps qu'il faudra, je l'espère, pour mettre en place le système de la démocratie directe, où la population pourra proposer, débattre et voter par différents moyens: sur place (dans les bureaux de la mairie), par internet (sur le site de la mairie et du Grand Figeac), à domicile pour les personnes invalides... (par la venue avec un agent tenu au secret, à la confidentialité et à la neutralité).

2. Ensuite le maire, dans le système de la démocratie directe, n'aura dans la pratique pas plus de pouvoir que n'importe quelle autre personne. En effet chacun pourra débattre, décider et proposer, comme le maire peut et est aujourd'hui le seul à pouvoir le faire.

3. La fonction de maire sera donc après essentiellement celle d'être le garant de l'application et de l'applicabilité de la démocratie directe, ce serait en quelque sorte une charge "honorifique". Il aura aussi la charge de représenter la collectivité locale.

4. Si jamais cette liste passait, il y aurait enfin d'autres élections proches où il faudrait sensibiliser pour appliquer la démocratie directe et améliorer le système démocratique: élections départementale en mars 2021, régionale en octobre 2021.


  • Le maire précédent restera bien sûr en place s'il le souhaite comme conseiller municipal. Et pour le bon fonctionnement des institutions, il sera aussi utile pour aider ses successeurs.

  • Successeurs qui seraient tirés au sort parmi les conseillers municipaux engagés à appliquer et à assurer l'applicabilité de la démocratie directe. Aussi pour une durée déterminée.

Confer la "Constitution municipale"

Un maire qui sera "bénévole":


  • Des têtes de listes, et d'autres personnes également ont été étonnées et ont trouvé ça indécent, vu le contexte actuel. On a sous-entendu que je gagnais déjà trop d'argent aussi (et bien si on tenait le même discours pour tous les bénévoles d'associations...).

Ce reproche est assez paradoxal quand il vient de personnes qui ne souhaitent pas publier leurs indemnités. Ou de personne aux revenus professionnels sensiblement identiques aux miens, ou en retraite.

Je gagne avec mon travail qui me plaît 15€ net de l'heure, soit 1,5x un smic.

Si je fais ça c'est par pur plaisir et ce serais tellement bien, dans cette idée, de faire progresser notre démocratie vers plus de démocratie justement, ce serais déjà une satisfaction suffisante.


Raisons:
  • Dans l'idée de l'application de la démocratie directe, tous peuvent proposer, débattre et décider. Aussi je ne conçois pas de "payer" les citoyens qui font aussi le "travail", le jeu de la démocratie. Et donc logiquement je les refuserai ou, si on ne peut pas légalement, je les reverserai à une association à but non lucratif (les citoyens pourront voter pour des associations et les indemnités seront reversées proportionnellement).

  • Titulaire d'un Master en Droit et Science politique, lire des actes administratifs, des jugements ou des Lois et réglementations... n'est pas quelque chose de fatiguant, au contraire même. C'est un vrai plaisir aussi pour améliorer les choses...


Le maire qui suivra, dans le cadre d'un engagement à appliquer la démocratie directe, ne sera pas forcément "bénévole". Ce sera à lui de le justifier, par exemple, si les personnes ne s'impliquent pas suffisamment, si la charge de travail est donc trop importante pour lui...

Confer la "Constitution municipale".


www.damiette.com - Since June 2007 - cap.woot@gmail.com