Livre des Légendes, " mémoires d'Outretombe "

" par un viel ami "

CHAPITRE 1 : LE PASSAGE.



  • 1466. Le 19 décembre de ma dernière année.

  • J'ai froid, tellement froid.

  • Où suis-je? Où est mon village? Où est ma famille, mes parents, ma petite soeur Lili? Où suis-je? Et mon Amour? Elle aussi m'aurait abandonner? 

  • Où sui-je? Et pourquoi ais-je si froid? Je ne me souviens plus. Je n'en ai plus la force. Tout est noir. Est-ce la nuit? Mes yeux sont-ils seulement ouvert. Je ne sais plus.  Je ne ressent plus rien, plus la moindre sensation si ce n'est ce froid si terrible qui me pénètre. Alors c'est ça, la mort? Une enveloppe glaciale qui vous recouvre et ne vous quitte plus. Mon Amour. J'ai tellement besoin de toi. Ne viendras tu donc pas me délivrer? Je t'en supplie, viens me chercher. J'ai mal. Si mal. Et tellement froid. Mon coeur se glace. Et ce fluide qui autrefois réchauffait mon être et qui maintenant sort de moi pour rougir la neige tout autour de mon corps. Et ce livre... ce maudit livre qui pèse tant sur mon torse nu.  Mon Amour, emmène-moi loin d'ici. Rejoins-moi et partons ensemble loin de tout ça. La haine, la jalousie, l'ignorance des Hommes... Je n'en peux plus. Je n'en veux plus. Je n'ai plus besoin de personne. Je ne veux plus que toi.

  • Qu'ais-je fais mon Amour ?
  • Pardonne moi.
  • Il fait si froid...




CHAPITRE 2 : PREMIER JOUR


  • 2006, le premier septembre, 7h30.

  • "Peter ! Dépêche-toi de venir prendre ton petit déjeuner, sinon tu vas être en retard pour ton premier jour d'école.

  • J'arrive Maman !!"

Dévalant les marches du grand escalier en pierre, un petit garçon d'à peine treize ans descend en trombe, un sac à dos noir sur l'épaule et un livre couleur pourpre à la main.
  • "Ah ! Te voilà enfin. Tu as vu l'heure. Ce n'est pas parce que ta nouvelle école se trouve juste à côté d'ici  qu'il faut que tu lambines".

L'enfant passe en courant devant sa mère, lui posant un rapide baiser sur la joue avant de boire d'une traite son verre de jus d'orange.
  • "Peter ! Tu m'écoutes ? Je sais que tout ça est nouveau pour toi. Une nouvelle maison, une nouvelle école, un nouveau pays. Mais s'il te plait, n'en profite pas pour prendre de mauvaises habitudes. Tu sais ce qu'en aurais pensé ton Père".

L'enfant posa le verre sur la table et se retourna vers sa mère pour la prendre dans ses bras.
  • "Je sais Maman. Ne t'inquiète pas, ça se passera bien".

Les mains posées sur ses genoux, Maria, une femme aux allures de reine avec ses longs cheveux d'or laissés sans attache et sa peau d'une pâleur d'ange fixa son enfant droit dans les yeux. Un instant, Peter crût voir une perle briller au coin de l'oeil de sa mère, juste avant que celle-ci, se relevant pour embrasser son petit front chevelu dit :
  • "Je sais, mon petit Pit. N'en veux pas à ta pauvre mère si elle s'inquiète pour toi. Veux-tu que je t'accompagne jusqu'à l'entrée de l'école ?
  • C'est pas la peine, Maman. J'ai repéré le chemin hier soir. C'est facile. Et puis j'y serais plus vite en courant.
  • Comme tu voudras. Mais fais attention à toi".

Puis, se dirigeant vers la table de la cuisine, Maria attrape un petit paquet et l'apporte à Peter.
  • "Tiens. Je t'ai préparé un petit encas au cas ou tu aurais faim tout à l'heure. C'est un petit pain au chocolat avec du beurre de cacahouète. Je sais que tu adores ça. Et n'oublie pas que je veux te voir à la maison ce soir, avant dix-neuf heures, c'est bien compris. Ne me refais pas une frayeur comme l'autre soir.
  • Promis Maman. Je serais à la maison à l'heure cette fois".

D'un geste rapide, le petit garçon rangea le paquet et le livre pourpre dans son sac à dos avant de se diriger vers la porte de sortie. Mais avant qu'il n'ai eu le temps de rejoindre la porte, Maria l'attrapa par l'avant bras.
  • "Deux minutes, jeune homme. Qu'est-ce que c'est que ce livre que tu viens de ranger dans ton sac ? Je ne me souviens pas l'avoir vu auparavant. Montre le moi.
  • Oh, Maman. Pas maintenant, s'il te plait.
  • On ne discute pas avec sa mère, jeune homme. Allez, sors le tout de suite de ton sac".

Le livre de couleur sang était imposant. La reliure était très usée et les caractères inscrit sur la face à peine lisible. Après un effort de déchiffrage, Maria parvint à en décrypter le titre. Le livre s'intitulait "Mémoire d'Outretombe". Aucun nom d'auteur n'était inscrit, ni sur la face, ni au verso. Le feuilletant rapidement, Maria se rendit compte que le papier était fortement usé. Mais une chose étrange retînt quelques secondes son attention : seule la première page était écrite. Le reste du livre était vierge. Sans doute l'encre s'étaient-elle effacée avec le temps, pensa t-elle.
  • "Eh bien, ça m'a tout l'air d'être un vieux livre bien trop épais pour un garçon de ton âge ? Où l'as tu trouver ?
  • Dans la forêt. Hier soir, en me promenant pour surprendre les animaux. Dis Maman, je peux le garder ? S'il te plait ?
  • Pour aujourd'hui, c'est d'accord. Mais prend en soin. Demain, avant d'aller à l'école, on ira le déposer ensemble à la bibliothèque. Ce livre appartient sans doute à quelqu'un qui l'a perdu et qui le cherche maintenant. Allez ! File maintenant, ou tu vas vraiment te mettre en retard pour ton premier jour de classe. Et entre-nous, Madame Lufiac n'a pas franchement l'air très accommodante avec les petits garçons mal éduqués qui ne sont pas à l'heure pour la Rentrée".

Maria esquissa un sourire complice avec son fils juste avant de lui ouvrir la porte et de le pousser doucement en dehors de la maison.
  • "Bonne journée Pit ! Sois sage !
  • Promis Maman ! A ce soir !!"





L'homme qui meurt au début de l'histoire s'appelle Alberth. Il s'agit d'un enfant de 17 ans qui a vécut au 15ème siècle, alors que la magie et le mal étaient encore puissants. Par la force des évènements, il sera forcé de pactiser avec le démon et finira par mourir, alors que son amour aura sacrifié sa vie pour essayer de le sauver. Le livre, à l'origine blanc, est un objet contenant une force magique puissante permettant à une personne  décédée de partager sa vie avec une autre personne, plusieurs siècles plus tard, d'une façon assez étrange. En effet, l'histoire de la personne décéder s'écrit au fur et à mesure et entraîne la personne qui la lit dans une vie au cheminement similaire. A cette dernière de s'arranger pour que les choses prennent une meilleure tournure, faute de quoi, il connaîtra le même sort que la personne décédée.

Peter va donc vivre la vie d'Alberth, page par page, et se retrouvera confronter, tout comme Alberth, à la haine et la jalousie de son entourage. Le livre s'écrira au fur et à mesure, et Peter suivra la trace d'Alberth pour comprendre ce qui lui arrive. Il se retrouvera confronter à la magie et au démon. Parviendra t-il à passer au delà de sa colère, et sauver ainsi sa vie, celle de son amie, et du même coup celle d'Alberth et de son amour?





www.damiette.com - Since June 2007 - cap.woot@gmail.com